L’utilisation d’hormones dans l’élevage : Dernières recherches et nouvelles décisions prises

L’utilisation d’hormones dans l’élevage : Dernières recherches et nouvelles décisions prises. Les hormones sont données aux animaux d’élevage, et elles sont davantage utilisées chez les bovins et les ovins, et dans une moindre mesure chez les volailles pour rendre la production plus efficace.

Quelles hormones sont utilisées pour différents animaux?

Les hormones utilisées dans la production de viande bovine sont les œstrogènes, la testostérone et la progestérone, ou leurs versions synthétiques.

De plus, certaines hormones peuvent augmenter la production de lait.

Cette augmentation se traduit par une utilisation moindre des terres, de l’eau et des aliments pour animaux. Il y a aussi un effet positif sur l’environnement qui ne serait pas possible sans les hormones.

L'utilisation d'hormones dans l'élevage : Dernières recherches et nouvelles décisions prises

Que sont les hormones ?

Les hormones sont des produits chimiques qui sont sécrétés par les glandes endocrines et non endocrines afin d’effectuer un travail spécifique dans le corps, et les hormones sont nombreuses et variées dans leur action, et parmi ces hormones se trouvent les hormones sexuelles, qu’elles soient mâles ou femelles.

ces hormones ont un effet sur la croissance des organes sexuels dans le corps humain. Les hormones mâles augmentent la taille des muscles et réduisent la graisse corporelle et autour de la peau, contrairement aux hormones féminines qui augmentent la graisse corporelle. 

Parmi ces hormones mâles, la testostérone et ses dérivés, et les hormones femelles : œstrogène et progestérone et leurs dérivés.

À titre de comparaison, les hommes et les femmes adultes consomment généralement 10 mcg de progestérone par jour, 0,1 mcg d’œstrogènes par jour et 0,05 mcg de testostérone par jour à partir de sources alimentaires.

Ces quantités sont bien inférieures à la production interne humaine.

Un morceau de bœuf de 100 g provenant d’un animal transformé contient environ 1,6 nanogrammes d’œstrogènes, tandis que la même quantité de viande provenant d’un animal non transformé contient 1,2 nanogrammes d’œstrogènes

Ces quantités sont nettement inférieures à ce qui est naturellement fabriqué dans le corps humain.

Il y a ce qu’on appelle la « période d’attente », qui est la période nécessaire à tout l’organisme pour se débarrasser des effets du traitement, y compris les hormones, et cette période est d’un jour pour l’animal ayant subi une greffe hormonale

Cela fait référence au fait que la viande des animaux transformés est sans danger pour la consommation humaine immédiatement après l’abattage. 

Contrairement au traitement aux antibiotiques, il n’y a pas de nombre de jours défini entre les injections et le moment où l’animal peut être vendu comme nourriture, car les hormones sont administrées à très faibles doses, sont métabolisées et excrétées par les processus corporels et ne se retrouvent pas dans les tissus en quantités suffisantes au-dessus des niveaux de sécurité établis par la Food and Drug Administration.

La Food and Drug Administration des États-Unis a déclaré que la viande d’animaux traités aux hormones est sans danger pour la consommation à tout moment. Il n’y a pas de délai d’attente entre la prise d’hormones et la vente de viande puis sa consommation.

Le rôle des stimulateurs de croissance hormonaux dans l’élevage des animaux de ferme

Les éleveurs d’animaux de ferme cherchent à améliorer la production d’une part, et à améliorer la qualité du produit d’autre part, en augmentant la valeur nutritionnelle de ce produit afin de contribuer à accroître l’efficacité économique

Par conséquent, les additifs alimentaires sont devenus une partie intégrante des méthodes d’alimentation modernes pour augmenter les taux de production, et de nombreux éleveurs ont eu recours à des stimulants de croissance pour augmenter les taux de production dans les plus brefs délais..

Par exemple, les éleveurs de vaches utilisent de grandes quantités de protéines dans la ration pour la transformer en viande, ce qui augmente le poids de l’animal, mais pour que cela se produise, les taux d’excrétion d’azote quotidiens de l’animal doivent être bien inférieurs à l’azote de la ration, et voici le rôle des stimuli hormonaux de croissance qui aident l’animal à tirer pleinement parti de la quantité d’azote dans l’alimentation et de la formation d’acides aminés nécessaires à la construction de protéines et de muscles.

Dans l’une des recherches intéressées à étudier l’effet des stimulants de croissance, il a été constaté que l’utilisation de stimulants de croissance hormonaux implantés qui sont pris par injection ou implantés sous la peau ou derrière l’oreille augmente le taux de formation d’acides aminés de 12,9% , et que le taux de dégradation des protéines et l’excrétion d’azote ont été réduits de 2,31 % par rapport à son homologue qui n’a pas pris de stimulants de croissance hormonaux.

hormones naturelles

Les stimulants hormonaux comprennent certaines hormones naturelles telles que la testostérone, l’œstrogène et la progestérone, qui sont des hormones de croissance à l’intérieur du corps de l’animal, et elles sont extraites et injectées aux animaux dont les taux de croissance doivent être stimulés.

Depuis les années 1950, la Food and Drug Administration a approuvé(FDA)Il contient un certain nombre de médicaments hormonaux stéroïdiens destinés aux bovins et aux ovins, notamment des œstrogènes naturels, de la progestérone, de la testostérone et leurs versions synthétiques. 

Ces médicaments augmentent le taux de croissance des animaux et augmentent l’efficacité de la conversion des aliments que vous mangez en viande.

La Food and Drug Administration n’approuve ces médicaments qu’après que des études ont montré que les aliments pour animaux transformés sont sans danger pour les humains et que les médicaments ne nuisent pas à l’animal traité ni à l’environnement. Les médicaments doivent également être efficaces, ce qui signifie qu’ils fonctionnent comme prévu.

hormones synthétiques

Les hormones synthétiques sont des composés chimiques qui remplacent les hormones naturelles, tels que :

  • Hormones synthétiques de la progestérone (acétoxy progestérone)
  • Hormones œstrogènes synthétiques
  • Hormone synthétique de testostérone (acétate de trenbolone)

Avant d’utiliser des hormones synthétiques, elles doivent subir des tests de toxicité sur des animaux de laboratoire pour prouver qu’elles sont sans danger pour la consommation. Ils peuvent ensuite être utilisés dans les produits animaux que nous mangeons (tissus comestibles) à un niveau qui ne devrait pas avoir d’effet nocif sur l’homme..

L’œstrogène est l’une des hormones utilisées dans la croissance du bétail, et il est présent naturellement chez chaque être humain et animal. Les quantités les plus élevées ont été trouvées chez les animaux gravides.

La progestérone est également utilisée comme stimulant de croissance chez les animaux à viande. Dans une étude animale des concentrations de progestérone dans les tissus comestibles des veaux traités et non traités, la seule différence a été trouvée dans les niveaux de progestérone dans le tissu adipeux. 

Les animaux traités avaient des niveaux plusieurs fois plus élevés que les animaux non traités. Bien que les niveaux étaient beaucoup plus élevés, ils étaient encore près de mille fois inférieurs au niveau produit quotidiennement chez les hommes et les femmes en bonne santé..

Hormones dans les produits laitiers

La somatotropine bovine (BST) et sa version synthétique La somatotropine bovine recombinante (rBST) sont les hormones utilisées chez certaines vaches laitières pour augmenter la production de lait.

La BST est une hormone naturelle produite dans l’hypophyse des animaux et des humains, et son utilisation a été approuvée en 1993 par la Food and Drug Administration.

Le cycle d’allaitement de la vache se poursuit pendant environ dix mois après la naissance du veau, et l’utilisation de l’hormone commence deux mois après la naissance de la vache, et est administrée à la vache pendant huit mois jusqu’à la fin du cycle de lactation , et bien que les vaches produisent naturellement de la somatotropine, la supplémentation produit en moyenne 10 à 15 % de plus que le lait.

Quel est le niveau d’hormones dans le lait ?

Les niveaux de progestérone, de testostérone et d’œstrogène sont plus élevés dans le lait que dans la viande musculaire ou les organes comestibles chez les animaux abattus ou dans les poissons, les œufs et les aliments végétaux. 

Une grande partie de l’apport quotidien total pour les adultes en œstrogènes (environ 60 %) et en progestérone (environ 80 %) par le biais de ces aliments provient du lait de vache.

En général, les quantités de progestérone et d’œstrogène ingérées lors de la consommation de quantités normales de lait de vache sont relativement faibles par rapport aux quantités de ces hormones produites par le corps humain. 

Cela est particulièrement vrai pour les femmes adultes qui ont une production naturellement élevée de ces hormones. Le niveau de progestérone dans le lait entier (3,5 % de matières grasses) est d’environ 10 microgrammes par kilogramme de lait. 

Étant donné que la progestérone est liposoluble, des concentrations plus faibles de progestérone peuvent être trouvées dans le lait faible en gras et des concentrations plus élevées dans les produits riches en matières grasses, tels que Le beurre.

Le but de l’utilisation d’hormones chez les animaux d’engraissement

Il existe plusieurs raisons d’utiliser des hormones pour nourrir les animaux de ferme, et ces raisons sont les suivantes :

Augmenter l’efficacité de la conversion alimentaire, réduisant ainsi la consommation d’aliments de l’animal, ce qui conduit finalement à une réduction du coût économique, et donc le pourcentage de graisse dans le corps de l’animal est réduit, ce qui a une faible faisabilité économique par rapport à la viande rouge.

La recherche a prouvé que l’utilisation d’hormones synthétiques pour les mêmes périodes d’engraissement habituelles entraînait la production de vaches obèses pesant 18 kg de plus que les vaches non traitées aux hormones, et aussi l’effet de ces hormones sur les veaux après l’âge de sevrage est meilleur que l’utilisation eux dans la période de pré-sevrage, où le taux d’augmentation de poids Il varie entre 14 et 17% supérieur à la normale. 

La recherche a montré qu’elle entraîne une augmentation du taux de croissance de 10 à 15 % chez les veaux castrés par rapport aux veaux entiers et femelles.

  • Réduire le temps de séjour des animaux dans les élevages et réduire la durée du cycle de l’animal.
  • Augmenter la production de lait.
  • Augmenter l’efficacité et la rentabilité globale des industries de la viande et des produits laitiers.

L’utilisation d’hormones est-elle autorisée ?

Dans l’Union européenne, il existe une interdiction générale de l’utilisation d’hormones pour améliorer les performances des animaux et/ou favoriser la croissance de la production animale en raison des risques potentiels pour la santé humaine et de l’évolution de la conscience éthique et environnementale, mais cette interdiction n’existe pas dans tous les pays. Pays en voie de développement.

Aux États-Unis, il existe six différents types d’hormones approuvées par la Food and Drug Administration(FDA)Pour une utilisation dans la production alimentaire. Ceux-ci comprennent les hormones sexuelles féminines naturelles, l’estradiol et la progestérone, la testostérone, une hormone mâle naturelle, et trois produits chimiques synthétiques, le zéranol, l’acétate de trenbolone et l’acétate de mélengestrol.

Conditions d’utilisation des stimulants de croissance (hormones)

Le processus d’utilisation de ces composés a des conditions et des contrôles par les autorités législatives, par exemple aux États-Unis d’Amérique, il y a le Département américain de l’agriculture USDA et la Food and Drug Administration FDA , ils sont les législateurs du processus d’utilisation de ces véhicules, dans des conditions et des contrôles qui doivent être respectés, notamment :

  1. Déterminer le type et l’âge des animaux traités avec ces hormones et la période d’arrêt de l’utilisation avant l’abattage de l’animal, et c’est l’une des conditions les plus importantes à respecter lors de l’utilisation, car l’animal doit bénéficier d’une période d’arrêt de traitement afin d’extraire la plus grande quantité de produit chimique restant dans le corps.
  2. Respectez les doses prescrites et recommandées.
  3. Se débarrasser de l’organe ou de la partie dans laquelle les hormones ont été implantées ou injectées.

Facteurs de risque liés à l’utilisation d’hormones

Bien que plusieurs études sur l’effet de l’administration d’hormones aux animaux n’indiquent aucun risque pour la santé humaine, il existe de plus petites études indépendantes montrant qu’il peut y avoir un risque potentiel, donc des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Risque de cancer

On craint que l’hormonothérapie animale ne nuise à la santé humaine en augmentant la croissance tumorale chez les personnes atteintes de cancer, ou n’augmente le développement du cancer chez les personnes en bonne santé. Comme les hormones données à l’animal imitent les hormones déjà présentes dans le corps humain

Mais il semble y avoir une relation incertaine entre la consommation de produits animaux traités aux hormones et une augmentation des cancers

La quantité ingérée par les animaux traités est bien inférieure à ce qui est produit naturellement chez l’homme.

Dans une étude, 100 microgrammes de progestérone administrés par voie sous-cutanée à des rats se sont avérés augmenter l’incidence des tumeurs du sein, des ovaires ou de l’utérus. Cependant, il existe peu de preuves suggérant qu’il provoque le cancer chez l’homme..

Le lait de vache, biologique et produit de manière conventionnelle, contient naturellement des traces d’hormones protéiques, qui sont décomposées par la digestion, les rendant biologiquement inactives chez l’homme. Rien ne prouve que les hormones contenues dans le lait de vache soient nocives pour la santé humaine.

Hormone de croissance bovine recombinante STbr, une hormone bovine synthétique qui augmente la production de lait, n’a aucun effet détectable chez l’homme. Cependant, la manipulation des hormones de croissance peut en fait augmenter la production d’autres hormones telles que le facteur de croissance analogue à l’insuline..(IGF-1)

Des niveaux élevés d’IGF-1 ont été associés à un risque accru de cancers du côlon et du pancréas , de l’endomètre, du sein et de la prostate notamment. 

Il est important de noter qu’un taux élevé d’IGF peut augmenter le risque de développer ces cancers, quelle que soit leur source

En 2014, après plus de 20 ans d’utilisation de la STbr, la 78e réunion de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et le Comité d’experts de l’OMS sur les additifs alimentaires ont conclu qu’il n’y avait pas de préoccupations ou d’effets néfastes sur la santé avec l’utilisation de la BST / STbr.

Il est important de noter que la STbr a été interdite dans de nombreux pays, dont le Canada et l’Union européenne. La décision de refus n’était pas due à des effets néfastes sur la santé humaine, mais à un éventuel impact négatif sur le bien-être animal.

puberté précoce

L’une des préoccupations concernant les hormones œstrogène, testostérone et progestérone et leurs analogues synthétiques, provenant d’une source externe, est qu’elles peuvent avoir un effet néfaste sur le système endocrinien des adolescents pré pubères.

Ces effets comprennent des modifications de la croissance et des perturbations de la reproduction sexuée, tant chez les garçons que chez les filles, où l’âge de la puberté a diminué au cours des 150 dernières années .

Les hormones de croissance présentes dans la viande peuvent avoir un effet significatif sur les enfants pré pubères.

Une étude a révélé que si un enfant ne produit pas d’hormones de croissance par lui-même, la consommation de ces hormones de croissance par le biais de la viande ou des produits laitiers peut faire entrer un enfant dans la puberté d’environ sept mois.

Cependant, il n’y a pas de lien définitif pour le prouver, car la puberté précoce est également attribuée à un certain nombre d’autres causes, allant de l’obésité et du manque d’exercice à la consommation de beaucoup d’aliments transformés.

Les résultats d’une étude portant sur plus de 5 500 filles américaines âgées de 9 à 14 ans pendant cinq ans ont conduit les chercheurs à conclure que « la consommation régulière de lait chez les filles âgées de 9 à 14 ans est peu susceptible d’affecter de manière significative le début de la puberté ».

Conclusion

Des hormones sont administrées aux animaux d’élevage pour augmenter les taux et l’efficacité de la croissance et de la production animale.

Les hormones utilisées dans la production de viande bovine sont les œstrogènes, la testostérone et la progestérone ou leurs versions synthétiques.

Des délais d’attente spécifiques doivent être respectés jusqu’à ce que l’animal soit abattu ou que ses produits soient à nouveau autorisés à être commercialisés.

Il n’existe aucune preuve concluante que les hormones de croissance présentes dans la viande et les produits laitiers à des niveaux acceptables causeront le cancer ou entraîneront une puberté précoce chez les enfants..