La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) : les différentes options de traitement

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) : les différentes options de traitement. La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), appelée aussi : la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), une forme irréversible de maladie pulmonaire, est traitée par des médicaments sur ordonnance, des changements de mode de vie, des thérapies de réadaptation et, dans certains cas, par la chirurgie.

Un plan de traitement adapté peut vous aider à maîtriser les symptômes de votre MPOC et à éviter les exacerbations (poussées). Ces symptômes comprennent l’essoufflement, la respiration sifflante, la toux, l’oppression thoracique et la production excessive de mucus.

Cet article décrit les différentes options de traitement que votre prestataire de soins peut vous prescrire si vous êtes atteint de MPOC. Il propose également des conseils pour améliorer votre santé respiratoire et mieux gérer votre MPOC au quotidien.

Remèdes maison et mode de vie

Lorsque vous êtes atteint de MPOC, votre mode de vie a un impact majeur sur la gravité et la progression de votre maladie. Tout plan de traitement doit commencer par un changement de mode de vie sain. Les médicaments ne doivent pas être le seul objectif du traitement.

Arrêter de fumer

Arrêter de fumer est la mesure la plus importante que vous puissiez prendre pour gérer la MPOC. Le tabagisme est la principale cause de la MPOC et aggravera invariablement les symptômes de la MPOC si vous continuez. Pour certaines personnes, l’arrêt du tabac suffit à maintenir les symptômes de la MPOC à distance et à empêcher la maladie de progresser.

Il peut être extrêmement difficile d’arrêter de fumer, surtout si vous fumez depuis des années. Les options de traitement comprennent les thérapies de remplacement de la nicotine, notamment des aides telles que les gommes à la nicotine, les inhalateurs, les comprimés, les patchs ou les sprays nasaux.

Les médicaments sur ordonnance utilisés pour le sevrage tabagique comprennent le Wellbutrin (bupropion) et le Chantix (varénicline).

Le conseil ou la thérapie de groupe peuvent également vous aider en vous fournissant des conseils, un soutien et une responsabilisation pendant que vous franchissez cette étape importante.

Exercice régulier

Faire de l’exercice régulièrement est toujours bon pour la santé et le bien-être général. Pour les personnes atteintes de MPOC, l’exercice peut contribuer à optimiser la fonction pulmonaire et à augmenter la capacité pulmonaire. Il peut également aider à maintenir la force musculaire et l’endurance.

La marche est souvent un excellent moyen de commencer à faire de l’exercice si vous êtes atteint de MPOC. La marche est souvent une excellente façon de commencer à faire de l’exercice si vous êtes atteint de MPOC. Discutez avec votre professionnel de la santé des types d’exercices qui vous conviennent le mieux en fonction de votre état de santé actuel et de vos limitations physiques.

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) : les différentes options de traitement

✔️Devrais-je faire de l’exercice avec de l’oxygène ?

Selon l’American Lung Association, si vous utilisez de l’oxygène supplémentaire, vous devriez faire de l’exercice avec. Veillez à en parler d’abord à votre prestataire de soins, car le débit devra probablement être ajusté en fonction de l’activité physique.

Exercices respiratoires

S’efforcer de respirer demande une énergie excessive et épuise votre diaphragme (le grand muscle situé sous les poumons qui aide à la respiration). Les exercices respiratoires peuvent renforcer le diaphragme si vous êtes atteint de MPOC et améliorer l’échange d’oxygène et de dioxyde de carbone dans les cellules de votre corps.

Votre prestataire de soins de santé, votre kinésithérapeute ou votre inhalothérapeute peuvent vous enseigner des exercices de respiration que vous pourrez effectuer vous-même à la maison. Il s’agit notamment de la respiration des lèvres pincées et de la respiration diaphragmatique (« respiration ventrale »).

Consommez suffisamment de calories

Les médicaments, la fatigue et les difficultés respiratoires peuvent entraîner une diminution de l’appétit et une perte de poids involontaire. Cela peut aggraver les symptômes de votre MPOC et vous exposer à un risque accru d’infections (ce qui, à son tour, augmente le risque d’exacerbations).

✔️Recommandations caloriques pour la MPOC

Selon la Fondation MPOC, une personne atteinte de BPCO a besoin de 430 à 720 calories supplémentaires par jour pour compenser l’énergie supplémentaire nécessaire à la respiration.

Si vous avez subi une perte de poids ou une perte d’appétit en raison de la MPOC, parlez à votre médecin des moyens de combattre la malnutrition.

D’autre part, si vous êtes en surpoids ou souffrez d’obésité, il est important de perdre les kilos en trop. Le surpoids rend la respiration plus difficile, que vous ayez une MPOC ou non.

Vaccinations

Les infections, en particulier les infections pulmonaires, peuvent entraîner une crise sanitaire si vous êtes atteint de MPOC. Bien que les vaccins ne traitent ni ne préviennent la MPOC, ils peuvent prévenir les infections qui déclenchent des exacerbations aiguës et contribuent à la progression de la MPOC.

Les vaccins couramment recommandés pour la MPOC sont les suivants :

Le vaccin contre la pneumonie à pneumocoque : Il s’agit d’un vaccin utilisé pour prévenir la pneumonie causée par une bactérie connue sous le nom de Streptococcus pneumoniae.

Vaccination contre la grippe : Le vaccin annuel contre la grippe est fortement conseillé aux personnes atteintes de MPOC, quelle que soit la gravité de la maladie.

Ordonnances

Il n’existe pas de médicaments en vente libre (OTC) pour traiter la MPOC. Bien que les inhalateurs en vente libre comme Primatene Mist puissent être utilisés pour traiter les symptômes légers chez les personnes asthmatiques, ils ne sont pas approuvés pour les personnes atteintes de MPOC.

Les options de prescription comprennent les inhalateurs à longue durée d’action qui sont utilisés régulièrement pour contrôler la MPOC. Les inhalateurs à courte durée d’action sont utilisés lorsque les symptômes se manifestent. D’autres médicaments sont utilisés pour traiter les infections respiratoires.

Bronchodilatateurs

Les bronchodilatateurs aident à détendre les muscles des voies respiratoires. Cela facilite la respiration, réduit la toux et améliore ou prévient la dyspnée aiguë (essoufflement).

Ces médicaments sont administrés dans les poumons à l’aide d’un inhalateur (équipé d’un propulseur d’aérosol) ou d’un nébuliseur (une machine qui transforme le médicament liquide en une fine brume inhalable).

Il existe deux grandes catégories de bronchodilatateurs qui se distinguent par la rapidité de leur action. Vous devrez peut-être utiliser l’un d’entre eux ou les deux, en fonction de la gravité et de la fréquence de vos symptômes.

Les bronchodilatateurs à courte durée d’action agissent en quelques secondes ou minutes pour soulager l’essoufflement et procurent un soulagement pendant quatre à six heures. Ils comprennent :

  • Ventolin (albutérol)
  • Xopenex (lévalbutérol)
  • Atrovent (ipatropium)

Les bronchodilatateurs à action prolongée permettent de garder les voies respiratoires ouvertes et détendues pendant 12 à 24 heures. Bien que leurs effets durent plus longtemps, ils ne sont d’aucune utilité en cas d’urgence. Les options comprennent :

  • Serevent (salmétérol)
  • Arcapta (indacatérol)
  • Brovana (arformotérol)
  • Performist (formotérol)
  • Spiriva (tiotropium)
  • Tudorza Pressair (aclidinium)

Les inhalateurs combinés délivrent deux agents différents à longue durée d’action. Ils sont recommandés pour les personnes atteintes de MPOC modérée à sévère qui présentent une dyspnée et/ou une intolérance à l’effort. En voici quelques exemples:

  • Bevespi Aerosphere (formotérol/glycopyrrolate)
  • Duaklir (formotérol/aclidinium)

Corticostéroïdes inhalés

Votre prestataire de soins peut également vous prescrire un corticostéroïde inhalé quotidien. Ces médicaments contribuent à réduire l’inflammation des voies respiratoires ainsi que la fréquence des exacerbations. Ils peuvent être recommandés aux personnes qui présentent une ou plusieurs exacerbations de la MPOC par an.

Les corticostéroïdes en inhalation pour le traitement de la MPOC comprennent :

  • Flovent (fluticasone)
  • Pulmicort (budésonide)

Il existe également des inhalateurs combinés qui délivrent un ou deux bronchodilatateurs à action prolongée avec un corticostéroïde. Il s’agit notamment de :

  • Symbicort (budésonide/formotérol)
  • Advair (fluticasone/salmétérol)

✔️Quand arrêter les corticostéroïdes en inhalation ?

Si vous n’avez pas eu d’exacerbation de la MPOC au cours de l’année écoulée et que vous ne souffrez pas d’asthme, vous devez arrêter les corticoïdes inhalés en raison du risque accru de pneumonie.

Corticostéroïdes oraux

Lors d’une exacerbation de la MPOC, les corticostéroïdes oraux comme la prednisone peuvent raccourcir votre temps de récupération, améliorer votre fonction pulmonaire et soulager le manque d’oxygène dans le sang (hypoxémie). Ces médicaments peuvent également réduire le risque de rechute, augmenter l’efficacité des médicaments inhalés et raccourcir la durée de l’hospitalisation.

Les stéroïdes oraux ne sont recommandés que pour une utilisation à court terme. L’utilisation à long terme de médicaments comme la prednisone peut entraîner de graves complications. Celles-ci comprennent l’ostéoporose (affaiblissement des os), le diabète, des problèmes oculaires (comme le glaucome ou la cataracte) et un risque accru d’infections.

Inhibiteurs de la phosphodiestérase-4 (PDE4)

La MPOC peut entraîner une surproduction d’une enzyme appelée phosphodiestérase-4 (PDE4) qui provoque une inflammation pulmonaire. Les inhibiteurs de la PDE4 bloquent cette enzyme et aident à réduire les exacerbations de la MPOC chez les personnes souffrant de bronchite chronique, ayant des antécédents d’exacerbations ou souffrant de MPOC sévère à très sévère.

Le Daliresp (roflumilast) est actuellement le seul inhibiteur de la PDE4 utilisé pour le traitement de la MPOC. Les effets secondaires comprennent la diarrhée, la perte de poids, les douleurs abdominales, la perturbation du sommeil, les nausées, la perte d’appétit et les maux de tête.

Antibiotiques

Si vous souffrez d’une infection respiratoire bactérienne telle qu’une bronchite ou une pneumonie bactérienne, votre prestataire de soins peut vous prescrire un antibiotique pour éliminer l’infection. Ces médicaments agissent contre les bactéries et non contre les virus.

✔️Il est désormais recommandé d’utiliser des antibiotiques pour les exacerbations chez les personnes atteintes de MPOC légère à modérée, ainsi que chez celles atteintes de MPOC sévère. L’Augmentin (amoxicilline/clavulanate), un médicament de choix, est capable de raccourcir la durée des symptômes et d’allonger le délai entre les exacerbations de la MPOC.

Si l’on vous prescrit un traitement antibiotique, il est important de le prendre jusqu’au bout, tel que prescrit, même si vous commencez à vous sentir mieux. Si vous ne le faites pas, vous augmentez le risque de résistance aux antibiotiques (les médicaments sont moins capables d’éliminer l’infection).

Chirurgies et procédures spécialisées

Un certain nombre d’interventions spécialisées peuvent être utilisées pour atténuer les symptômes de la MPOC ou ralentir la progression de la maladie. Bien que ces traitements ne soient pas curatifs, ils peuvent améliorer votre fonction respiratoire ainsi que votre qualité de vie.

Réadaptation pulmonaire

La réadaptation pulmonaire implique une évaluation et un programme individualisé qui comprend des exercices physiques, des exercices respiratoires, un plan de nutrition et des conseils.

Votre équipe de réadaptation peut comprendre des inhalothérapeutes, des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, des diététiciens et des psychologues qui travailleront en collaboration pour optimiser et suivre vos capacités respiratoires.

La réadaptation pulmonaire peut vous aider à vous sentir plus fort et plus actif en augmentant votre niveau de forme physique. Elle peut même réduire le nombre de visites à l’hôpital.

Medicare et d’autres formes d’assurance maladie couvrent la réadaptation pulmonaire pour la MPOC si vous remplissez certaines conditions.

Oxygénothérapie

Vous pouvez avoir besoin d’une oxygénothérapie complémentaire si vous êtes atteint de MPOC. Certaines personnes n’ont besoin d’oxygène que la nuit ou lorsqu’elles sortent, tandis que d’autres en ont besoin 24 heures sur 24.

Pour certaines personnes atteintes de MPOC, l’oxygène d’appoint peut améliorer le temps de survie. Il peut également contribuer à soulager les symptômes et à améliorer votre qualité de vie en vous aidant à mieux dormir la nuit, à augmenter votre vigilance pendant la journée et à améliorer votre capacité à participer à des activités avec moins de symptômes.

Flûte pulmonaire

La Flûte pulmonaire est un appareil portatif réutilisable qui a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) en 2006 pour aider à éliminer le mucus dans les poumons.

La Flûte pulmonaire fonctionne en créant des vibrations à basse fréquence dans les poumons lorsque vous soufflez fort dans l’embout buccal. La flûte pulmonaire fonctionne en créant des vibrations à basse fréquence au fond des poumons lorsque vous soufflez fort dans l’embout buccal.

La flûte pulmonaire coûte environ 45 dollars, tandis que les anches de rechange coûtent environ 15 dollars. Selon l’endroit où vous vivez, vous aurez peut-être besoin d’une ordonnance pour en acheter une.

Chirurgie

La chirurgie peut être une option nécessaire dans certaines situations. Elle peut être recommandée si elle peut améliorer considérablement votre respiration en retirant une section endommagée d’un poumon.

Selon l’étendue des lésions pulmonaires, la résection chirurgicale (l’ablation partielle du tissu pulmonaire) peut ne pas être une option. La transplantation pulmonaire peut alors être le seul moyen viable de vous maintenir en vie.

Les types de chirurgie pulmonaire pour la MPOC sont les suivants :

Bullectomie : cette intervention consiste à retirer les bulles (grandes poches d’air qui se forment lorsque les sacs aériens des poumons sont endommagés). L’ablation d’une ou plusieurs bulles peut contribuer à améliorer le flux d’air.

Chirurgie de réduction du volume pulmonaire : Dans cette chirurgie, les tissus endommagés sont retirés de la partie supérieure de vos poumons. Cela permet à vos poumons de se dilater davantage afin que vous puissiez respirer plus facilement.

Transplantation pulmonaire : Il s’agit d’une chirurgie majeure qui consiste à remplacer un poumon endommagé par un poumon sain provenant d’un donneur décédé. Des médicaments immunosuppresseurs sont utilisés quotidiennement par la suite pour prévenir le rejet de l’organe greffé.

Médecine complémentaire et alternative (MCA)

Les thérapies complémentaires sont considérées par certains comme bénéfiques pour les personnes atteintes de MPOC. Cela dit, il existe peu de preuves que les remèdes à base de plantes, quels qu’ils soient, peuvent aider, et vous devriez vous méfier de tout produit en vente libre qui prétend le faire.

Le yoga et l’acupuncture ont été évalués chez les personnes atteintes de MPOC dans un certain nombre d’études de moindre envergure. Bien que ces pratiques ne  » traitent  » pas la MPOC, elles sont sans danger et peuvent améliorer votre qualité de vie en réduisant le stress.

Yoga

Un certain nombre de petites études suggèrent que le yoga peut être bénéfique pour les personnes atteintes de MPOC. Une étude publiée en 2014 dans le Journal of Thoracic Disease a fait état d’effets positifs chez les personnes atteintes de MPOC qui ont pratiqué le yoga pendant au moins 12 semaines dans le cadre de leur plan de traitement. Ces personnes présentaient une meilleure fonction pulmonaire, moins d’essoufflement et une meilleure qualité de vie globale.

Acupuncture

L’acupuncture est une forme de médecine traditionnelle chinoise qui consiste à placer de fines aiguilles dans des parties spécifiques du corps pour le soigner.

Une étude de 2016 publiée dans la revue Medicine a rapporté que des personnes sous médicaments contre la MPOC ont ressenti moins d’essoufflement à l’effort et une meilleure qualité de vie après l’ajout de l’acupuncture au plan de traitement pendant une période de huit semaines.

Une étude de 2012 dans la revue Acupuncture Medicine a montré des résultats similaires après 10 semaines.

✔️Résumé

La bronchopneumopathie chronique obstructive (MPOC) peut être traitée par des changements de mode de vie, des médicaments sur ordonnance et des interventions de spécialistes visant à améliorer la fonction pulmonaire.

Les changements de mode de vie recommandés comprennent l’exercice physique régulier, l’arrêt du tabac et l’augmentation de l’apport calorique en cas d’insuffisance pondérale. Les médicaments sur ordonnance comprennent les bronchodilatateurs à courte et longue durée d’action, les corticostéroïdes inhalés, les corticostéroïdes oraux et les antibiotiques oraux. La réadaptation pulmonaire et les appareils comme la flûte pulmonaire peuvent également être bénéfiques.

Si ces traitements ne parviennent pas à apporter un soulagement en raison de l’étendue des lésions pulmonaires, une chirurgie pulmonaire ou une transplantation pulmonaire peut être conseillée.

Conclusion

Il existe une variété de traitements différents qui sont efficaces pour gérer la MPOC et prévenir les exacerbations. Malgré tout, votre plan de traitement peut devoir être ajusté au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, si certains médicaments commencent à perdre de leur efficacité ou si un médicament provoque des effets secondaires ou une toxicité intolérables.

Consultez régulièrement votre prestataire de soins pour faire effectuer vos analyses de sang et surveiller votre fonction pulmonaire. En maintenant un contrôle stable de vos symptômes, vous serez mieux à même de ralentir la progression de la MPOC et de vivre une vie plus longue et plus active.

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

Quand a-t-on besoin d’une oxygénothérapie pour la  maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ?

L’oxygénothérapie à long terme est nécessaire pour les personnes atteintes de MPOC sévère dont le taux d’oxygène sanguin est extrêmement bas.

L’oxygénothérapie peut également être utilisée de façon ponctuelle pour les personnes atteintes de MPOC modérée, mais elle est moins bénéfique à long terme.

Une étude de 2016 parue dans le New England Journal of Medicine a révélé que l’oxygène supplémentaire à long terme chez les personnes atteintes de MPOC modérée n’a ni amélioré la survie ni diminué les hospitalisations.

Les lésions pulmonaires dues à la MPOC peuvent-elles être inversées ?

Non, la MPOC est une maladie progressive qui s’aggrave avec le temps, de sorte que les tissus endommagés par la maladie ne peuvent pas être guéris. Cependant, avec un traitement approprié et des changements de mode de vie, vous pouvez ralentir la progression de la MPOC et améliorer à la fois vos symptômes et votre qualité de vie.

Pourquoi ne puis-je pas utiliser un inhalateur en vente libre pour la MPOC ?

Bien que les inhalateurs en vente libre comme Primatene Mist et Asthmanefrin aient des prix attractifs, ils sont connus pour provoquer des effets secondaires potentiellement graves comme la tachycardie (rythme cardiaque rapide) et l’arythmie (problèmes de rythme cardiaque).

Compte tenu des risques – et du fait que la MPOC s’accompagne souvent de maladies cardiaques – des produits comme ceux-ci ne devraient jamais être utilisés.

✔️Organisation mondiale de la santé – Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/chronic-obstructive-pulmonary-disease-(copd)

Appareils de rééducation respiratoire à domicile