Supplément de fer : usages , carence , dosage et précautions

Supplément de fer : usages , carence , dosage et précautions . Le fer présente de nombreux avantages et constitue l’un des minéraux les plus importants pour votre organisme. Le fer est nécessaire à l’organisme pour produire de l’hémoglobine, qui aide les globules rouges (GR) à transporter l’oxygène dans tout le corps, et de la myoglobine, une protéine qui contribue à fournir de l’oxygène aux cellules des muscles.

Bien que toutes les cellules humaines contiennent du fer, celui-ci se trouve principalement dans les globules rouges. Les suppléments de fer jouent un rôle essentiel dans le traitement de l’anémie (faible taux de globules rouges sains), en particulier l’anémie ferriprive (IDA). La plupart des gens tirent de leur alimentation tout le fer dont ils ont besoin.

Toutefois, certaines personnes peuvent être sujettes à une carence en fer. La carence en fer est la cause la plus fréquente d’anémie. Elle touche 5 % des femmes et 2 % des hommes.

Cet article explique ce que fait le fer pour votre organisme et dans quels cas une supplémentation en fer peut être appropriée.

Supplément de fer : usages , carence , dosage et précautions

✔️Informations concernant le supplément

Ingrédient actif : Fer

Nom(s) alternatif(s) : Sulfate ferreux, gluconate ferreux, citrate ferrique, sulfate ferrique.

Dose recommandée : L’apport nutritionnel recommandé est de 7 à 27 milligrammes par jour selon l’âge et le sexe, la limite supérieure tolérable est de 40 à 45 mg par jour, le traitement de l’anémie ferriprive est de 50 à 100 mg par jour répartis en plusieurs doses.

Considérations de sécurité : Discutez avec un professionnel de la santé de la dose appropriée avant de prendre le médicament. Évitez de dépasser la limite supérieure tolérable de fer, sauf si cela est recommandé pour traiter une carence en fer. Des cas d’empoisonnement accidentel au fer se sont produits chez de jeunes enfants. Gardez les suppléments et les médicaments pour adultes hors de la portée des enfants.

Utilisations du fer

L’utilisation de suppléments doit être individualisée et approuvée par un professionnel de la santé, tel qu’un diététicien, un pharmacien ou un médecin. Aucun supplément n’est destiné à traiter, à guérir ou à prévenir une maladie.

Les suppléments de fer servent principalement à rétablir un faible taux de fer. Le traitement de la carence en fer atténue les symptômes que vous pouvez ressentir en cas de manque de fer et d’anémie. Il permet également de prévenir les complications ultérieures, lorsque la carence en fer évolue vers l’anémie.

La supplémentation en fer n’a aucun avantage chez les personnes qui ne présentent pas de carence en fer.

Anémie

Les suppléments de fer sont utiles en cas d’anémie causée par une carence en fer. Il existe plusieurs causes différentes d’anémie, mais la carence en fer est la plus courante. L’anémie survient lorsque la carence en fer progresse au point que le taux d’hémoglobine (une protéine contenue dans les globules rouges) chute en dessous de la normale.

Si elle n’est pas traitée, la carence en fer peut entraîner des arythmies, un souffle cardiaque, une hypertrophie du cœur et une insuffisance cardiaque. La carence en fer peut également être associée à un risque accru de fibromyalgie.

La supplémentation en fer peut améliorer les taux de fer et traiter l’IDA. Il a été démontré qu’une supplémentation quotidienne en fer réduisait la prévalence de l’anémie et du manque de fer chez les personnes ayant leurs règles.

✔️La carence en fer est la carence en nutriments la plus courante. Si elle n’est pas traitée, elle peut entraîner de nombreux problèmes de santé. Si vous pensez avoir une carence, parlez-en à votre professionnel de la santé afin qu’elle puisse être confirmée et traitée de manière appropriée.

La Fatigue

Le fer peut aider à gérer une fatigue inexpliquée, même chez une personne qui n’est pas anémique mais qui présente un faible taux de ferritine (un indicateur des réserves en fer). Ce phénomène est particulièrement fréquent chez les femmes en âge de procréer. Une supplémentation quotidienne en fer peut réduire la fatigue chez les femmes en période de menstruation.

Un essai randomisé a étudié des femmes âgées de 18 à 53 ans qui ont déclaré ressentir de la fatigue. Les femmes ayant une ferritine inférieure à 50 microgrammes par litre (mcg/L) et un taux d’hémoglobine supérieur à 12 g par décilitre ont été randomisées pour recevoir soit 80 mg de fer élémentaire, soit un placebo. Le groupe recevant du fer a signalé une plus grande amélioration de la fatigue, mais aucune amélioration de la qualité de vie globale.

✔️La supplémentation en fer peut améliorer la fatigue chez les femmes présentant un faible taux de ferritine.

Performance athlétique

Le fer est nécessaire à la fabrication de la myoglobine, la protéine qui fournit l’oxygène aux muscles. De nombreux athlètes peuvent avoir un apport en fer insuffisant dans leur alimentation pour soutenir leurs performances.

Cependant, les athlètes qui participent à des entraînements d’endurance comme le marathon ou les épreuves cyclistes d’endurance peuvent perdre davantage de fer. De plus, le fait d’être une femme ou d’être végétarien peut exposer un athlète à un risque plus élevé de carence en fer et d’anémie. Les athlètes doivent s’assurer que leur régime alimentaire contient suffisamment de fer pour favoriser des performances optimales.

Une étude a montré qu’une supplémentation quotidienne en fer chez les personnes ayant leurs règles permettait d’améliorer les performances à l’effort. Il a également été démontré qu’elle améliorait les performances à l’effort maximales et sous-maximales chez les femmes en âge de procréer.

✔️Les athlètes féminines en âge de procréer sont exposées à un risque de carence en fer. La supplémentation en fer a permis d’améliorer les performances sportives de ce groupe.

Syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos est un problème de santé qui se traduit par une envie incontrôlable de bouger les jambes. Ce phénomène se produit généralement la nuit et peut perturber le sommeil.

Une revue systématique et une méta-analyse publiées en 2019 ont conclu que la supplémentation en fer est associée à une amélioration du score international du syndrome des jambes sans repos (IRLSS) après quatre semaines.

La Cognition

La recherche montre que les niveaux cognitifs baissent en cas de carence en fer. En effet, lorsque le taux de fer dans le sang baisse, la concentration et l’attention sont affectées presque immédiatement. Le rétablissement d’un taux de fer normal peut améliorer la concentration et stimuler les performances cognitives.

Une étude en double aveugle, contrôlée par placebo, menée auprès d’adolescentes qui n’étaient pas anémiques mais qui présentaient de faibles taux de fer, a révélé que la supplémentation en fer améliorait l’apprentissage verbal et la mémoire.

Au total, 81 participantes ont été inscrites à l’essai et ont reçu au hasard soit 650 mg de supplément oral en fer deux fois par jour, soit un placebo pendant huit semaines. En outre, l’examen de 26 essais contrôlés randomisés a montré que la supplémentation en fer chez les enfants atteints de CID améliorait les taux d’hémoglobine et réduisait les déficits des aptitudes cognitives et motrices.

La carence en fer

La carence en fer est l’une des carences en nutriments les plus courantes. La carence en fer évolue par phases, pour aboutir finalement à l’AID :

Les phases de la carence en fer sont les suivantes :

  • Le stockage du fer dans l’organisme est épuisé, ce qui entraîne un faible taux de ferritine sérique,
  • La réserve de fer disponible pour la production d’érythrocytes est faible, mais les taux d’hémoglobine sanguins sont encore normaux,
  • Les réserves de fer sont épuisées, ce qui entraîne une anémie avec de petits GR et un faible taux d’hémoglobine dans le sang.

Quelles sont les causes de la carence en fer ?

La carence en fer résulte soit de pertes excessives de fer, soit d’une alimentation trop pauvre en fer.

Les pertes peuvent être dues à une perte de sang, à une absorption réduite ou à un exercice prolongé (par exemple, les athlètes qui participent à des marathons ou à des épreuves d’endurance à vélo).

Par exemple, les personnes qui ont leurs règles courent un plus grand risque de carence en fer et d’IDA en raison des pertes sanguines. Et la carence en fer est souvent plus fréquente pendant la grossesse en raison des exigences accrues d’un fœtus en pleine croissance.

Les personnes souffrant d’affections affectant le tractus gastro-intestinal (GI) ou ayant subi des interventions chirurgicales sur le GI sont exposées à un risque de CID. Par exemple, les personnes atteintes de la maladie de Crohn ou ayant subi un bypass gastrique (un type de chirurgie de perte de poids) pour cause d’obésité sont plus susceptibles de présenter une carence en fer.

Cela s’explique par le fait qu’elles ne sont pas en mesure d’absorber des quantités adéquates de fer. Le fer est absorbé dans le duodénum et le jéjunum proximal (la première partie de l’intestin grêle par laquelle passent les aliments digérés). De plus, les opérations de l’estomac peuvent réduire la production d’acide dans l’estomac, nécessaire à l’absorption du fer.

S’en tenir à un régime végétarien peut entraîner une carence en fer, car les sources végétales de fer ne s’absorbent pas aussi bien que les sources animales.

Personnes à risque de carence en fer

Certaines personnes sont plus susceptibles de développer une carence en fer que d’autres.

Le risque de développer une carence en fer est plus élevé chez :

  • Les personnes qui ont leurs règles
  • les femmes enceintes
  • Les enfants
  • les personnes qui donnent fréquemment leur sang
  • Personnes ayant subi un pontage gastrique
  • Les enfants prématurés nés avant 37 semaines de grossesse
  • les végétariens et les personnes dont l’alimentation ne contient pas de fer héminique (le fer présent dans la viande et les fruits de mer).

L’incidence de la carence en fer est de près de 25 % chez les personnes ayant subi un bypass gastrique Roux-en-Y et d’environ 12 % chez les personnes ayant subi une procédure de sleeve gastrique.

La carence en fer survient également dans de nombreux états de santé, tels que :

  • Cancer
  • troubles gastro-intestinaux (p. ex. colite ulcéreuse, maladie de Crohn)
  • l’insuffisance cardiaque
  • maladie rénale avec hémodialyse.

En outre, l’utilisation à long terme d’antiacides peut également vous exposer à un risque accru.

Comment savoir si je souffre d’une carence en fer ?

Les symptômes d’une carence en fer sont les suivants :

  • Fatigue
  • Essoufflement
  • Vertiges
  • Maux de tête
  • Pâleur (peau pâle)
  • Ongles faibles et cassants
  • Difficultés de concentration
  • Mauvaise mémoire

Si vous pensez souffrir d’une carence en fer, vous devez discuter de vos symptômes avec votre médecin. Une formule sanguine complète (CBC) comprendra un hématocrite et un taux d’hémoglobine. Un faible taux d’hémoglobine suggère une anémie. Votre professionnel de santé peut effectuer des tests supplémentaires pour déterminer si une carence en fer est à l’origine de l’anémie.

Le dosage de la ferritine sérique est l’analyse sanguine privilégiée pour diagnostiquer une carence en fer. Il permet d’identifier les faibles taux de fer avant qu’ils n’évoluent vers une AID.

En général, un taux de ferritine sérique inférieur à 30 microgrammes par litre (mcg/L) suggère une carence en fer, et un taux inférieur à 10 microgrammes par litre suggère une AID.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment mis à jour les valeurs seuils recommandées pour indiquer une carence en fer :

  • Enfants de moins de 5 ans : Moins de 12 microgrammes par litre
  • Enfants de 5 ans et plus et adultes : Moins de 15 microgrammes par litre
  • Enfants de moins de 5 ans présentant une infection ou une inflammation : Moins de 30 microgrammes par litre
  • Enfants de 5 ans et plus et adultes présentant une infection ou une inflammation : Moins de 70 microgrammes par litre

Quels sont les effets secondaires du fer ?

Les suppléments de fer peuvent provoquer des nausées, des vomissements et des douleurs d’estomac.

La constipation est un autre effet secondaire très courant de la supplémentation en fer. Si vous souffrez de constipation due à la supplémentation en fer, veillez à consommer suffisamment de fibres et d’eau dans votre alimentation. Si la constipation continue d’être problématique, discutez avec votre prestataire de soins de santé pour savoir si l’ajout d’un émollient fécal est approprié dans votre cas.

Le risque de surcharge en fer lié au seul régime alimentaire est minime chez la plupart des adultes en bonne santé. La plupart du temps, s’il y a plus de fer dans l’organisme que nécessaire, le corps le conserve pour une utilisation ultérieure.

Toutefois, les personnes atteintes de certaines maladies génétiques risquent de souffrir d’une surcharge en fer si leur état les amène à absorber davantage de fer dans les aliments. L’hémochromatose est une maladie génétique dans laquelle le fer s’accumule dans l’organisme. La supplémentation en fer n’est pas recommandée si vous êtes atteint d’hémochromatose.

Il existe de très rares cas de surdoses de fer entraînant une hémorragie interne, des convulsions, un coma, voire la mort.

✔️L’effet secondaire le plus courant de la supplémentation en fer est le dérangement d’estomac et la constipation. Des fibres et de l’eau en quantité suffisante dans le régime alimentaire peuvent aider la constipation. Discutez avec votre fournisseur de soins de santé si l’ajout d’un émollient fécal est une bonne idée.

Précautions à prendre

Les personnes atteintes d’hémochromatose doivent éviter de prendre des suppléments de fer. Dans cette maladie, le fer peut s’accumuler jusqu’à atteindre des niveaux dangereux dans l’organisme.

Gardez les suppléments de fer hors de portée des enfants. Il existe plusieurs cas de surdoses accidentelles de fer chez des enfants, entraînant la mort. Les suppléments de fer sont désormais accompagnés d’une étiquette d’avertissement pour sensibiliser les parents à ce danger.

Dosage : Quelle quantité de fer dois-je prendre ?

L’apport nutritionnel recommandé (ANR) en fer varie en fonction de l’âge et du sexe :

  • Nourrissons âgés de 7 à 12 mois : 11 mg/jour
  • Enfants âgés de 1 à 13 ans : 7 à 10 mg/jour
  • Hommes âgés de 14 à 18 ans : 11 mg/jour
  • Femmes âgées de 14 à 18 ans : 15 mg/jour
  • Hommes âgés de 19 ans et plus : 8 mg/jour
  • Femmes âgées de 19 à 50 ans : 18 mg/jour
  • Femmes âgées de 51 ans et plus (ou lorsque la ménopause est atteinte) : 8 mg/jour
  • Pendant la grossesse, le besoin augmente à 27 mg/jour. Pour les personnes qui allaitent, le besoin est de 9 à 10 mg/jour.

La limite supérieure tolérable (LST) pour le fer est de :

  • Enfants de moins de 13 ans : 40 mg/jour
  • Adolescents et adultes : 45 mg/jour

Les personnes qui sont généralement en bonne santé et qui ne présentent pas de carence en fer doivent éviter de prendre des suppléments dont la teneur en fer est supérieure à la TUL.

Pour traiter une carence en fer, il est fréquemment recommandé de prendre 50 à 100 mg/jour de fer répartis en deux ou trois doses. Suivez les conseils d’un professionnel de la santé concernant la supplémentation en fer pour le traitement d’une carence.

Les suppléments de fer doivent être pris avec de la nourriture. Certaines affirmations suggèrent que la prise de fer avec de la vitamine C peut faciliter l’absorption. Cependant, un essai récent suggère que ce n’est peut-être pas le cas.

L’essai, qui incluait des personnes souffrant d’une carence en fer, n’a révélé aucune différence dans les indices de laboratoire (hémoglobine et ferritine sérique) entre les personnes qui prenaient du fer avec de la vitamine C ou du fer seul.

✔️À moins que vous ne soyez carencé en fer, vous devez limiter votre apport total en fer à 45 mg par jour au maximum. Les personnes qui souffrent d’une carence en fer devraient discuter d’une supplémentation en fer avec leur fournisseur de soins de santé.

Que se passe-t-il si je prends trop de fer ?

Le risque de développer une surcharge en fer à partir de votre seul régime alimentaire est minime.

La prise d’une trop grande quantité de fer à partir de suppléments peut entraîner des maux d’estomac et de la constipation. L’excès de fer peut entraîner une toxicité, une inflammation de la paroi de l’estomac et des ulcères. L’accumulation de fer dans l’organisme peut éventuellement entraîner une cirrhose, un cancer du foie et des maladies cardiaques. La prise de suppléments de fer peut également réduire l’absorption du zinc.

Dans les cas graves, les surdoses de fer (prise de 60 mg/kg de poids corporel) ont entraîné une défaillance des organes, le coma et la mort.

Il est important de savoir qu’un empoisonnement au fer peut survenir chez les enfants, pouvant entraîner des blessures graves ou la mort. Un empoisonnement au fer peut se produire si de jeunes enfants ingèrent accidentellement des capsules ou des pilules de fer pour adultes.

Pour éviter cela, gardez les compléments alimentaires hors de portée des enfants et conservez-les dans des récipients à l’épreuve des enfants. Consultez un médecin si vous pensez que votre enfant a pris des pilules de fer pour adultes.

Interactions

Les suppléments de fer peuvent interagir avec plusieurs médicaments, notamment :

  • les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA)
  • Carbamazépine, un médicament anticonvulsivant
  • La lévodopa, un médicament utilisé pour traiter la maladie de Parkinson
  • La lévothyroxine, un médicament pour la thyroïde
  • Pénicillamine, un traitement de la maladie de Wilson et de la cystinurie
  • Antibiotiques de la famille des quinolones
  • Les antibiotiques de type tétracycline

Les antiacides réduisent l’acidité de l’estomac, nécessaire à l’absorption du fer. Les personnes qui prennent des antiacides à long terme risquent de développer une carence en fer.

Certains aliments peuvent réduire l’absorption du fer dans l’organisme, notamment :

  • Les thés noirs ou verts
  • le café
  • les œufs
  • Céréales
  • Pain
  • Protéines de soja

Les suppléments de fer peuvent réduire l’absorption d’autres micronutriments clés, notamment le zinc, le cuivre, le magnésium et le manganèse. Le calcium pouvant interférer avec l’absorption du fer, il est conseillé de prendre les suppléments de fer et de calcium à des moments différents de la journée.

Comment conserver le fer ?

Il est préférable de lire les étiquettes pour savoir comment conserver le fer, car il existe de nombreuses formes différentes de fer dans les compléments. Conservez tous les suppléments de fer hors de portée des enfants et des animaux domestiques.

QUESTIONS FRÉQUEMMENT POSÉES

Quel est le meilleur moyen d’atteindre des niveaux optimaux de fer ?

Le régime alimentaire. Cela permet de minimiser le risque de surdosage et de s’assurer que vous consommez également d’autres nutriments importants. Ce avec quoi vous associez le fer est également important. Par exemple, le calcium limite l’absorption. Les composés chimiques appelés tannins, comme ceux que l’on trouve dans le thé et le café, limitent également l’absorption.

Est-il dangereux de prendre des suppléments de fer si je ne suis pas anémique ?

Cela peut l’être. Les suppléments de fer ne sont recommandés qu’en cas de carence diagnostiquée ou lorsqu’une personne présente un risque élevé de carence. Consultez votre professionnel de santé pour confirmer la véritable cause de vos symptômes et obtenir des conseils sur le traitement approprié.

Les sources de fer et ce qu’il faut rechercher

Le fer est facilement disponible dans l’alimentation. Le fer présent dans les aliments se présente sous deux formes différentes : hémique et non hémique. La viande, la volaille et le poisson fournissent à la fois du fer hémique et non hémique, tandis que les aliments d’origine végétale ne fournissent que des sources de fer non hémique. Le fer hémique a tendance à être mieux absorbé.

Les sources courantes de fer héminique dans l’alimentation sont les viandes maigres et les fruits de mer. Les huîtres, les moules, les palourdes et les sardines sont également d’excellentes sources de fer. Les haricots, les lentilles, le tofu et les légumes verts à feuilles (par exemple, les épinards) sont de bonnes sources de fer non héminique.

Aux États-Unis, le blé et certaines autres farines sont enrichis en fer. Les céréales pour petit-déjeuner sont également enrichies en fer et peuvent couvrir à elles seules les besoins en fer.

Pour les nourrissons, le lait maternel contient suffisamment de fer jusqu’à l’âge de 6 mois. Après cela, l’introduction d’aliments apporte du fer supplémentaire. Les préparations pour nourrissons sont souvent enrichies de 12 mg de fer par litre.

En outre, la cuisson sur de la fonte peut également vous aider à ajouter plus de fer à votre alimentation.

Supplément de fer

Les suppléments de fer se présentent sous de nombreuses formes différentes, comme les pilules, les gommes, les produits à mâcher et les liquides. Il existe également des formes intraveineuses de fer qui peuvent être administrées sous surveillance médicale.

Il est important de noter que la plupart des suppléments de fer fournissent du fer sous forme de composé, comme le sulfate ferreux, le gluconate ferreux ou le succinate ferreux. La quantité du composé dans le supplément n’est pas la même que la quantité de fer dans le supplément. Par exemple, le sulfate ferreux ne contient que 20 % de fer.

Par conséquent, 250 mg de sulfate ferreux fournissent 50 mg de fer élémentaire. Les informations sur l’étiquette du complément doivent indiquer la quantité de fer élémentaire afin que vous n’ayez pas à faire de calculs.

Un professionnel de la santé peut également administrer le fer par voie intraveineuse (dans la veine). Une dose unique s’est avérée plus efficace qu’une supplémentation orale chez les patients ayant subi un pontage gastrique Roux-en-Y.

conclusion

Le fer est l’un des minéraux les plus importants dont votre organisme a besoin pour rester en bonne santé. Si elle n’est pas traitée, la carence en fer peut évoluer vers l’anémie. Les suppléments de fer sont utilisés pour traiter la carence en fer et l’AID sous surveillance médicale. Il n’est pratiquement pas nécessaire de prendre des suppléments de fer si vous ne souffrez pas de carence en fer ou d’anémie.

Si vous commencez à prendre des suppléments de fer de votre propre chef, évitez de prendre plus de 45 milligrammes par jour (la TUL pour le fer), à moins que vous ne traitiez une carence ou un AID.

Le supplément de fer idéal est celui qui fournit la dose nécessaire pour vous avec un minimum d’effets secondaires. Il doit également être de haute qualité, bien absorbé et d’un bon rapport qualité/prix. Consultez votre professionnel de la santé avant de commencer à prendre un nouveau complément.

✔️Nature Made – Comprimés De Fer 65 Mg https://www.naturemade.com/products/iron-tablets?variant=17776040378439